August 31, 2016, 9:48 am

Architect

 

 

Nos prochains concerts...

  • Samedi 15 octobre 2016 à 20h30  13 fables de La Fontaine 
    Salle polyvalente à Corcelles-Lès-Citeaux

     
  • Jeudi 24 novembre 2016 à 19h30 13 fables de La Fontaine
    Centre DIVIO 12 rue Saint Vincent de Paul à Dijon

Kimo et Mahana, conte écologique de Roger Merliaud et Jean Gueneau

Une fois n’est pas coutume, l’Ensemble Senza Voce s’est fait militant de la cause écologique à travers la charmante histoire de Kimo, enfant du Groenland, et de Mahana, jeune fille des Tuvalu, îles paradisiaques lointaines perdues au milieu du Pacifique.Kimo (alias Roger Merliaud) se lamente de la fonte de sa banquise tandis que Mahana (alias Brigitte Perrot) s’inquiète de la montée des eaux et des perturbations climatiques qui menacent son île.

Ces jeunes gens en viendront à plaider la cause de leurs paradis respectifs et, à travers eux, de celle de leur Terre, jusqu’au plus haut niveau de décision mondiale. Et comme tout conte qui se respecte, l’histoire se finira bien pour la Terre comme pour les deux jeunes gens qui se marieront et auront…six enfants !

Jouant avec la proximité des textes, le compositeur dijonnais Jean Gueneau a su imager musicalement chacun des épisodes, de l’étourdissant fracas des chutes de glace dans la mer à la douceur de vivre à Tuvalu, en passant par la course en traineau sur la banquise, jusqu’aux assommants échanges des politiques en conférence.

Clarinette, cor anglais, cor et piano à 4 mains (une première à SenzaVoce !) se sont donnés la réplique en illustrant le texte conté par l’auteur lui-même, tandis que Jean-Jacques Schmitt projetait une sélection de photos magnifiques et fortement appréciées du public.

20 minutes hautes en couleurs sur tous les plans. 

 La Fontaine, nous voilà !

Parmi les cycles entamés par l'Ensemble Senza Voce, relevons celui des Fables de Jean De La Fontaine, dans un concert donné en première fin février au Centre Social Balzac de Dijon puis à la salle Gabin de l’Espace Brassens de Talant en mars.

L’occasion pour les dijonnais de découvrir un Roger Merliaud en tous points conforme à la silhouette du grand fabuliste de XVIIème siècle. Arrivé -soi-disant- en carrosse le soir-même, ce La Fontaine-là, emperruqué et poudré à souhait,  s’est montré plein de verve pour revisiter 13 de ses plus célèbres fables.


Là encore, la mise en scène conçue par l'Ensemble Senza Voce méritait le détour : les textes, habilement entremêlés à la musique composée par diverses personnalités musicales (Aboulker, Bonneau, Françaix, Godard) et arrangées par l’Ensemble en trio, étaient encore soutenus par les images projetées par Jean-Jacques Schmitt.

Quant à la régie lumière, visant à souligner encore un peu plus la couleur des vers, elle était assurée cette fois par Rémi Saffroy, qui avait délaissé le cor pour se consacrer à son autre passion.

Qui n’a pas vu la Grenouille qui se veut faire plus grosse que le bœuf exploser en plein vol dans la version Senza Voce n’a rien vu !

Et que dire du paisible et doux agneau (joué par Brigitte Perrot) qui se fait manger par le loup affamé (Roger Merliaud) dans Le loup et l’agneau, « sans autre forme de procès »…